UN Balcon sur la Méditérranée

Un littoral continental, l’Algérie est étendu sur prés de 1200 Km de cotes, Criques, Anses, Baies profondes offrant aux plaisanciers venue par mer des mouillages solitaires et des plages de sable fin couvrant les baigneurs d’un indicible bonheur.

Véritable Balcon sur la Méditerranée a proximité, des massifs, dépassants par fois les 1000 m d’altitude et isolant la cote et les routes côtières sont des corniches offrant quelques-uns  des plus beaux sites méditerranéens.

De l’immense Marsat Ben m’hidi, véritable Copacabana du Maghreb à la frontière avec le Maroc, au délicieux petit port d’El-Kala, à l’extrême  Est du pays, c’est une succession d’enchantement accentués par le relief. Car ce littoral souvent élevé et rocheux, avec ses falaises abruptes et pitons plongeant dans la mer, a contribué à la préservation de ces sites naturels grandioses.

Parallèlement, l’édification de complexes hôteliers parfaitement intégrés dans ces paysages, à Alger, Tipaza, Oran, Annaba, contribue à cette impression de nature inviolée.

Jijel

Située au nord-est du pays à environ 314 km à l’est d’Alger, à 99 km à l’est de Béjaia et à 135 km au nord de Sétif. La ville de Jijel est connue par son sublime corniche.

La corniche Jijelienne est une succession de caps, de petites criques, ilots, falaises, abruptes sur la mer, avec des «Grottes merveilleuses» et plages magnifiques, Jamais la mer et la montagne n’ont été si proche. Des rivières, des sources d’eau fraiche, de belle plages de sable fin, comme celles de Mzaii, Kennar, Beni Belaid, le rocher aux Moules  des belvédères  creuses ou percés dans le rocher, le miracle s’arrête pas l’à. A chaque lacet, la surprise est au bout. Tout y concourt. Lumière et mystère. C’est l’un des plus beaux parcours de toute l’Algérie et si l’on considère l’état de conservation de l’environnement, il peut etre classé parmi les plus beaux sites de la méditerranée. GEOLOCALISATION…

Béjaïa

Située au Nord-Est du pays à environ 227 km à l’est de la capitale Alger.

Ancienne escale des phéniciens, est la cité méditerranéenne par excellence. La capitale de la dynastie berbère des Hammadites au Xe siècle fut ainsi un centre majeur de rayonnement culturel qui rivalisera avec Tlemcen ou Kairouan, en Tunisie. Et si l’histoire fut si forte à Béjaia, c’est sans doute aussi parce que le site est exceptionnel. De Cap Carbon à cap Sigli, de la presqu’Île de Saket aux Grottes merveilleuses d’Aokas, de l’ambiance folle de Bolimat aux paillotes lumineuses des Aiguades.

La zone côtière longue de plus de 120 km, alternant criques rocheuses et plages de sable fin d’Est vers l’Ouest. La côte est s’étend de l’embouchure de l’Oued Soummam à celui de l’Oued Agrioun. Cette bande côtière, retardée au niveau des villages de Tichy et d’Aokas, étroite (200 à 2 000 mètres) et principalement composée de terre sablonneuse du fait de la pression maritime proche. La côte ouest s’étend de Cap Carbon jusqu’à Cap Sigli, cette bande côtière est escarpée.

les visiteurs trouveront de quoi étancher leur soif de paysages grandioses, de couchers de soleil sublimes et de baignades mémorables. GEOLOCALISATION

El Taref

La wilaya d’El Taref est située à l’extrême nord-est de l’Algérie à la frontière tunisienne, soit à 596 Km de la capitale Alger, avec une superficie de 3339 Km².

Cette ville côtière  est caractérisée par deux principales vocations, le tourisme et l’agriculture.. La vocation touristique apparaît à travers la diversité de ses nombreuses et indéniables potentialités, ainsi que les sites historiques et archéologiques résultant du passage de plusieurs civilisations, les stigmates sont encore présents en plusieurs lieux et contrées de la wilaya. Elle recèle des atouts certains, uniques en Algérie et rares à travers le monde. sans oublier ses lacs, plages et ports magnifiques, ….

Des lacs et parcs qu’on trouve nul part, abritant des dizaines d’espèces protégées et vit une flore très rare, citons a titre d’exemple Lac Tonga, Lac Obeira et Lac Mellah.

Caractérisée par ses plages aux eaux turquoise matinées  de rouge corail, Ses splendides petits ports de pêche, comme Tunizia ou le Port aux breloques, tout vous séduira  en visitant cette région. Amateurs de plongées ou tout simplement de Bijoux, vous pourrez y admirer coraux très rares en méditerranée. GEOLOCALISATION…

Mostaganem

Située sur le rebord d’un plateau côtier, la ville domine à l’ouest la large baie d’Arzew. Elle se compose d’une ville nouvelle très étendue, et d’une vieille ville plus compacte accrochée de part et d’autre à profond ravin creusé par le fleuve Aïn Sefra qui arrose ses jardins.
Mostaganem, bien que métropole moderne a su garder son caractère ancien. Ville des mimosas, de patrimoine et de merveilles, elle se targue de ses atouts majeurs en matière d’accueil et de tourisme avec sa fantasia de Sidi Lakhdar.
Le climat mostaganémois se caractérise par la douceur de sa température, la faiblesse des écarts thermiques et l’alternance quasi quotidienne des brises de mer et de terre.
Pour qui connaît la bande côtière de la wilaya de Mostaganem, ne manquera pas de redécouvrir ses vastes et belles plages qui vont de la Macta en passant par les Sablettes, la Salamandre jusqu’à la frontière avec la wilaya de Chlef.
Beaucoup de plages sont un délice pour les amoureux de la nature qui trouvent des lieux paradisiaques, des criques ainsi que des étendues de dunes qui leur permettent de goûter aux joies de la baignade et des activités balnéaires dans des sites que lui envieraient de nombreux pays..

Chlef :

Située à égale distance d’Alger et d’Oran, la ville de Chlef constitue un creuset patrimonial, culturel et historique ayant contribué pour beaucoup à l’enrichissement de la civilisation arabo -musulmane en Algérie. Avec une bande côtière qui s’étale sur plus de 120 Kms, soit 10% de l’ensemble de la côte algérienne, sa richesse touristique se justifie d’avantage par son relief diversifié et la présence de forêts qui s’étendent sur des milliers d’hectares. Sa région côtière comprend les sites de Tigheza, Béni Haoua, Teramia, Oued El Malah ainsi que les sites de Mainis et le massif de l’Ouarsenis. En plus de la splendeur de ses paysages, la douceur de son climat et la sérénité de ses plages ; la wilaya de Chlef excelle dans l’artisanat traditionnel, comme la poterie, la broderie la tapisserie d’art la céramique traditionnelle, la vannerie en rotin, la dinanderie et enfin la sculpture sur bois.

Tipasa :

Situé sur la côte à 70kms à l’ouest d’Alger, au pied du mont Chenoua, Tipasa possède le charme que confère la proximité de la montagne et de la mer. Ville chargée d’Histoire, elle recèle des vestiges et qui remontent aux phéniciens, romains et Ottomans, ou on peut une ville romaine fondée juste au bord de la mer, et le fameux Tombeau de la Chrétienne qui se trouve pas loin de la cote.  Son musée municipal ainsi que le champs de ruines romaines tous deux situés au centre ville sont des lieux de visite privilégiés. La valeur historique de Tipasa lui a valu d’être classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Dans le prolongement des ruines romaines de Tipasa, a été édifié le complexe touristique de « Matarés ». Avec ses villas typiques qui descendent en gradins vers la mer formant une sorte de forteresse rappelant le style architectural de l’antique Tipasa fortifiée. Sans oublier le joyau « CET » ancien centre équestre de Tipasa, où plaisir de la mer se confond encore avec ses longues promenades à cheval sur ses plages infinies, fleuron de l’agrément estival. Le massif du mont Chenoua, rendez vous pédestre des randonneurs, sur différents itinéraires sublimes et verdoyants avec une vue imprenable sur la mer couleur azur. La corniche du Chenoua abrite de petites plages pittoresques. Le cap Chenoua offre une vue magnifique sur la baie et invite à une promenade pour y découvrir des grottes magnifiques.

Boumerdès :

Située à moins de 50 Kms à lest d’Alger, elle bénéficie de toutes les infrastructures de la capitale (aéroports, ports, etc.). Elle est située avantageusement sur la mer méditerranée, avec de jolies plages qui attirent de plus en plus d’estivants ainsi que les amateurs de pêche. Ses grandes avenues larges et modernes longeant la côte le plus souvent se bercent par un climat doux et tempéré de bord de mer. Elle dispose de nombreuses potentialités et atouts touristiques, d’abord par sa position sur le littoral, par ses nombreuses structures d’accueil, mais surtout par sa grande richesse culturelle et historique avec de nombreuses traces de civilisations passées comme la Casbah de Dellys dont les vestiges trouvés remontent aux romains et autres carthaginois et enfin Ottomans. Des vestiges préhistoriques furent aussi découverts à 3 Kms de la ville de Dellys. Elle possède de nombreux hôtels, complexes touristiques, camps de vacances, restaurants de toute catégories aux nombreuses spécialité culinaires traditionnelles et occidentales , mais surtout du poisson frais du jour péché les nombreuses embarcations artisanales de la région. Ses plages de sable fin et parfois de galets provenant des cours d’eau de nombreuses sources souterraines environnantes qui descendent des hauteurs. Comme la plage du Rocher noir, le Figuier, le cap Djanet, le cap de Dellys, etc. Ses artisans excellents dans les arts de l’artisanat.

Skikda

La Wilaya de Skikda  comprend treize (13) dairates regroupant trente huit (38) communes et s’étend sur une superficie de 4137,68 km² avec 130 km de côtes. COLO, Situé dans la partie ouest de la Wilaya de Skikda, c’est une région hautement touristique avec ses plages de sable fin, ses sites panoramiques avec vue imprenables sur la mer, ses vestiges historiques à très grande valeur historique et culturelle. La baie de Collo est considérée comme l’une des plus belles d’Algérie, la région renferme également un imposant massif forestier où peut se développer le tourisme de montagne, sportif, de randonnée, de découverte, de chasse.
Collo l’Antique Chullu est aujourd’hui un important port de pêche situé à 71 km du chef lieu de Wilaya. Ses plages de sable fin : Tamanart , Baie des jeunes filles, Teleza, Benzouit, offrent aux estivants un cadre splendide pour la détente et l’évasion.STORA ,Ancien comptoir Phénicien puis Romain, port de pêche et de plaisance, plages de sable fin et infrastructures balnéaires diverses. La corniche de Stora offre aux promeneurs sur trois (03) Km une vue imprenable sur la mer et l’horizon.
On peut également y admirer l’ancien refuge des galères phéniciennes, l’île de Serigina, à quelques encablures de la côte et le phare imposant qui s’y dresse, ancien repère pour les vieux bateaux de l’histoire en quête d’accostage.BEN M’HIDI (LES PLATANES) ,Plages de sable fin à perte de vue, sur 10 km jusqu’au mont de Fil-Fila, d’où on peut admirer les couchers de soleil les soirs d’été.                        LA MARSA ,Station Balnéaire située à 65 km à l’est de la Wilaya , avec ses plages d’une rare beauté, dispose d’un port de pêche et de plaisance et d’une diversité de faune et de flore proliférant à la faveur d’une vaste zone humide composées de rivières et de lacs favorables au développement du tourisme scientifique, de pêche, de chasse, sportif.
Là où l’histoire et la nature se côtoient dans un cadre féerique.

Annaba

La Wilaya de Annaba est située à 600 Km du capitale Alger, à l’extrême Est du pays qu’elle partage avec sa voisine El-Tarf, ouverte sur le littoral méditerranéen sur 80 Km. Elle s’étend sur 1412 Km² soit 0,06% du territoire national. La région est richement arrosée (650 à 1000 mm/An), sa température moyenne et de 18°c.  Elle possède un lac, le Fezzara qui couvre 6600 ha et l’Oued Seybouse, long de 255 Km, y trouve son embouchure. Elle est organisée administrativement en 12 communes et 06 daïrate (sous préfectures) : Annaba , Seraïdi, El- Bouni , El-hadjar , Sidi Ammar, Ain Berda , cheurfa, El-Eulma, Berrahal , Oued El-Aneb, Tréat, Chétaïbi.

Ses côtes s’étalant sur 80Km, sont halieutiques, dont la biomasse est estimée à quelques 30.000 tonnes. Les opportunités du secteur de la pêche sont multiples. A promouvoir , notamment la transformation et la conservation, l’élevage aquacole, l’artisanat et le tourisme marin.

Oran

Oran prononcé localement « Wahren » surnommée « la radieuse »  el-Bāhia, est la deuxième plus grande ville C’est une ville portuaire de la mer Méditerranée, située au nord-ouest de l’Algérie, à 432 km de la capitale ALGER.

Grand ville qui se trouve au bord de la rive sud du bassin méditerranéen . Elle s’élève au fond d’une baie ouverte au nord sur le golfe d’Oran ; elle est dominée à l’ouest par la montagne de l’Aïdour (429 m d’altitude) qui la sépare de la commune de Mers-el-Kébir. Au sud, elle est bordée par les communes d’Es Senia, par le plateau de Moulay Abdelkader al-Jilani (Moul el Meida), et, au sud-ouest, par une grande sebkha. La ville de Bir El Djir constitue sa banlieue Est.

Capitale de l’Ouest d’Algérie, est un pole industriel des plus importants du pays. C’est aussi une destination touristique par excellence jouissant de tous les atous : historiques, archéologiques, et naturels.

La corniche d’El Bahia est un véritable balcon sur la mer et sur le port de Mers El kébir. Elle est très convoitée pour ses plages des Ain Turk et le complexe Balnéaire des Andalouses, ainsi que ses luxueux hôtels aux labels internationaux sans oublier ses monuments historiques confèrent un cachet particulier à la région, fière de compter sur son héritage espagnole dont Santa Cruz et sa chapelle nichée le mont Mordjadjo.